LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

Catalogne : du bon sens et des règles

La crise entre la région de la Catalogne et le pouvoir central espagnol ne cesse de croître. De chaque côté, les positions se radicalisent et la possibilité d’un compromis s’éloigne. L’escalade verbale des différents protagonistes n’est aucunement propre à aboutir à une solution. Outre une proximité géographique évidente, notre circonscription est naturellement touchée tant sont nombreuses nos parentés entre ses habitants et leurs voisins de la Catalogne.

 Sans revenir sur le passé/passif entre l’Espagne et sa région, il semble important de garder un minimum de bon sens dans cette affaire. En effet, quel que soit l’issue de l’opposition, les protagonistes devront travailler ensemble. Il convient de le rappeler, malgré ses richesses, la Catalogne est étroitement liée économiquement à l’Espagne.

Au demeurant, les indépendantistes espèrent à terme rejoindre l’Union européenne où ils retrouveront nécessairement l’Espagne. En sa qualité d’Etat membre, l’Espagne doit approuver toute nouvelle adhésion à l’Union. Dès lors, plutôt que les provocations, il faut privilégier la voie de la bonne intelligence.

De toute façon, l’histoire l’a montré. Aucun pays ne peut retenir une partie de la population en son sein. Pour autant, si départ il doit y avoir, celui-ci ne peut être accompli que selon les procédures légales et dans le calme et la sérénité nécessaires au bon déroulement d’un tel scrutin.

La Catalogne et l’Espagne devraient s’inspirer du référendum d’indépendance conduit en Ecosse en 2014, exemplaire à bien des égards. En effet, d’une part, l’Ecosse a respecté les procédures constitutionnelles du Royaume-Uni et le cadre en vigueur. D’autre part, le Gouvernement britannique, plutôt que s’opposer – vainement – à ces revendications, y a fait droit mais en organisant selon son propre calendrier ladite consultation. Dans une atmosphère loin d’être électrique, la votation a pu avoir lieu dignement et correctement.

A cet égard, parce que l’Espagne est membre de l’Union européenne et que la Catalogne aspire à rester à l’intérieur de cet espace, une médiation devrait être organisée par l’Union. Certes, celle-ci ne se mêle qu’avec parcimonie des affaires internes d’un Etat. Mais, la situation est ici sortie du cadre strict des questions nationales.

Pour rétablir le dialogue entre des citoyens et un Gouvernement, qui mieux que la Commission européenne pour être l’intermédiaire approprié ?

Commentaires  

#2 Floréal 15-10-2017 09:05
En l'état actuel, seule une révision de la constitution espagnole la faisant devenir une monarchie fédérale (comme la Belgique) pourrait convenir partiellement à la Catalogne. La seconde étape étant de créer une Europe Fédérale accueillant des Etats fédéraux dont la Catalogne pourrait en être un parmi d'autres. Mais, bien sûr, vu mon âge, je ne verrai pas tout ça !
Citer
#1 zarcone 26-09-2017 18:26
Si on ne peut qu'être d'accord avec le bon sens énoncé. La solution me laisse pantois. La commission n'a aucune légitimité car elle n'est pas élue. Tout juste depuis peu, elle est "investie" par le parlement européen. Aussi une commission de parlementaires européen serait quant à elle légitime car élue. Mais cela reviendrait à donner un rôle supranational à une instance européenne ce qui n'est pas prévu actuellement mais qui serait en soi un progrès.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir