LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

Rubrique : politique sociale - Titre : Comptes bancaires - Date : 3 octobre 2017

M. Sébastien Cazenove attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les revenus à prendre en compte pour bénéficier du revenu de solidarité active. En effet, actuellement, un contentieux se développe entre les particuliers et les CAF autour de la possibilité ou non de demander les relevés bancaires des bénéficiaires du RSA pour incorporer ces sommes dans le calcul du RSA. Aujourd'hui, le code de l'action sociale et des familles évoque seulement une « évaluation du train de vie » des bénéficiaires, qui s'appuie notamment sur « toute pièce justificative nécessaire » sans préciser la liste des pièces exigibles. Ce flou est porteur de nombreuses incertitudes pour les administrés comme pour les CAF. Il conduit en plus à la radiation voire à la pénalisation d'administrés qui pensaient ne pas avoir à déclarer de tels revenus. Cette incertitude contribue aussi à la sous-utilisation du RSA par les potentiels bénéficiaires. Il lui demande donc de clarifier la question de l'incorporation de tels revenus dans l'attribution du RSA.

Brioche UNAPEILundi 2 octobre 2017,

L'UNAPEI 66 mouvement associatif de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées et de leurs familles, accueillant et accompagnant dans ses établissements ou en milieu ordinaire, des personnes connaissant une déficience intellectuelle, a lancé son opération de sensibilisation au handicap intellectuel.

C’est dans ce cadre, que j’ai assisté à la présentation de "l'opération brioche", le lundi 2 octobre et en compagnie de M. le Préfet, de M. Pujol maire de Perpignan et de R. Grau Député, départ de l'opération de solidarité en soutien à cette association.

La vente des brioches, à 5 €  dont une partie est fabriquée dans un ESAT en Cerdagne aura lieu jusqu’au 08 octobre, participer à cette opération est un très bel exemple de solidarité.

ESAT les Micocouliers

Le 14 septembre 2017,

Les Etablissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) sont des établissements médico-sociaux qui ont pour objectif l'insertion sociale et professionnelle des adultes handicapés.  Ils accueillent des personnes dont les capacités de travail ne leur permettent pas de travailler dans une entreprise ordinaire ou adaptée ou d’exercer une activité professionnelle indépendante. La circulaire NDGAS/3B n° 2008-259 du 1er août 2008 précise que les personnes orientées vers un ESAT sont des personnes handicapées dont la capacité de travail est inférieure à un tiers de la capacité d’une personne valide.  En ce sens, l'ESAT Les Micocouliers, membre de l'A.P.A.J.H. SOREDE, aide les travailleurs en situation de handicap. Différents ateliers cohabitent au sein de cet ESAT comme celui de fabrication d'articles équestres et de chasse. Suivant une tradition locale ancienne, ils fabriquent des fouets en micocoulier, de chasse, de charretier. Ils créent également des cravaches anglaises ou de Sulky qui complètent l'équipement des attelages. Cet ESAT propose également l'entretien d'espaces verts ainsi que des prestations en Blanchisserie - Pressing. La visite de ces ateliers démontre le savoir faire et les compétences exceptionnels des travailleurs handicapés et encourage l'insertion par le travail.

refuge2

Jeudi 12 septembre 2017,

L'antenne du Refuge de notre département assure des permanences sur Perpignan et Argelès-sur-Mer pour les jeunes de 18 à 25 ans victimes de rejet familial et d'homophobie.

Elle dispose d'un hébergement : 2 studios pouvant accueillir temporairement jusqu'à 4 jeunes à la fois, l'objectif étant de permettre soit un retour dans la famille par la mise en place d'une médiation, soit de préparer ces jeunes en détresse à vivre en autonomie. Des ateliers mis en place avec un psychologue complètent cet accompagnement.

Monsieur Plas, délégué régional a dressé un bilan de l'action du refuge au niveau de notre territoire, par an, en moyenne 30 jeunes sont accompagnés et 15 hébergés. Les premières années les jeunes suivis étaient à 80% des hommes, aujourd'hui c'est autant d'hommes que de femmes.

Site du refuge

Page 3 sur 3