LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

La semaine de la Commission des affaires économiques était plutôt chargée, avec l’examen du projet de loi visant à interdire l’exploitation des hydrocarbures, mais aussi les auditions de l’économiste Jean Pisani-Ferry sur le plan d’investissement et du Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert sur la pêche. En parallèle, un point a été fait sur la couverture numérique du territoire. A cet égard, il convient de rappeler combien la résorption de la fracture numérique est un enjeu non seulement pour assurer la cohésion de notre pays mais aussi pour dynamiser l’ensemble du pays. Pour être un acteur de la révolution numérique, la France se doit de se doter rapidement d’un réseau qui assure une couverture de qualité à la fois pour le fixe et le mobile.

Par ailleurs, le groupe de travail parlementaire sur la « Loi Logement » a poursuivi ses travaux et a notamment auditionné le Directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages.

Enfin, la présence des Ministres de l’Economie et des Finances, Bruno le Maire et de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin à la réunion de Groupe parlementaire a permis un premier échange sur la trajectoire budgétaire d’ensemble et sur certaines des mesures d’application. La France, qui se caractérise par le plus haut taux de dépenses publiques des pays de l’OCDE, est loin d’avoir des résultats conformes aux moyens engagés. Oui, il faut le dire, la France peut et doit faire mieux.

Les grandes lignes budgétaires ont été dévoilées, à la fois pour le court terme (Projet de loi de finances 2018) et pour le moyen terme (trajectoire budgétaire du quinquennat). A court terme, d’abord, de nombreuses mesures figurent dans cette première loi budgétaire (suppression progressive de la taxe d’habitation, revalorisation de la prime d’activité et des aides à destination des personnes âgées ou en situation de handicap, réforme de l’ISF). A moyen terme, ensuite, les objectifs sont clairs : une baisse de la dette publique (- 5 points), des dépenses publiques (- 3 points) et du taux de prélèvements obligatoires (- 1 point). Le cap est fixé.

seminaireLa semaine a débuté avec le Séminaire organisé par le Groupe La République En Marche !. Ces deux jours ont permis, dans une ambiance conviviale, de mieux connaître les membres de la majorité et de renforcer les liens du couple Gouvernement/Parlement. La cohésion au sein d’un groupe aussi vaste est un travail quotidien qui nécessite – et c’est normal – les efforts de chacun.

A cet égard, le Groupe parlementaire est désormais doté d’une équipe de collaborateurs qui seront bienvenus pour les futurs chantiers législatifs. Ce temps d’adaptation - si décrié par certains – est pourtant logique. Les législatives 2017 ont permis un renouvellement inédit de la vie politique, qui a d’ailleurs touché l’ensemble des partis. Beaucoup de députés ont à cœur de changer certaines pratiques qui ont terni le lien de confiance entre les élus et les citoyens. Les deux lois Confiance dans la vie publique furent une première étape, non un aboutissement.

Cette semaine a aussi permis de prolonger à Paris certains sujets abordés en circonscription. Le déjeuner avec la CCI Pyrénées-Orientales a été suivi d’un entretien avec le Président de la CCI France, Pierre Goguet, permettant de mieux appréhender les défis auxquels font face ces partenaires traditionnels des entreprises. A cet égard, par le passé, j’ai pu constater l’importance de ces structures institutionnelles pour accompagner le développement des TPE/PME. De même, après avoir visité la prison de Perpignan le 7 septembre, j’ai pu m’entretenir avec des représentants de l’Observatoire international des prisons et de la politique pénale pour discuter des conditions d’incarcération des détenus.

Avant la prochaine session extraordinaire, j’ai souhaité rencontrer acteurs locaux et citoyens. En effet, le travail d’un parlementaire consiste notamment à être à l’écoute des attentes de la population, afin de pouvoir les relayer au mieux au niveau national.

 

 ACTUS TERRAIN 

A la rencontre des citoyens !!

Problématique de fin de contrats aidés, de prestations sociales trop perçues…

A cet égard, il est ressorti à plusieurs reprises, lors de rencontres avec les citoyens de la 4ème circonscription des critiques contre les lourdeurs administratives et la sédimentation réglementaire. L’Etat ne doit pas seulement chercher à encadrer chaque situation, il doit surtout veiller à accompagner le développement des acteurs, à intervenir en soutien pour favoriser de nouveaux projets. En attendant un « mieux légiférer », il importe d’admettre pour les administrés un « droit à l’erreur » dans leurs relations avec l’administration. Il est de mon devoir de député d’exercer ma vigilance afin que des ajustements soient correctement conçus et que des cas particuliers n’entrainent pas de situation fâcheuse.

  • des permanences sont organisées chaque semaine dans votre circonscription ! Consultez mon agenda et rencontrons-nous 

Permanence au Boulou du 15/09/17

Permanence à Argelès sur Mer du 21/09/17

Cette semaine j'ai rencontré le président de l'ADEPO (Association de Défense des Polyhandicapés) qui m'a informé des préoccupations et besoins liés au polyhandicap. Je l'ai assuré de mon soutien pour favoriser l'accueil et la prise en charge des malades.

FRTPUn entretien avec les responsables de la FRTP (Fédération Régionale de Travaux Publics) nous a permis de faire un état des lieux sur les infrastructures locales. Nous avons également abordé les projets à venir qui seront créateurs de contrat pour nos entreprises et donc importants pour le dynamisme économique de notre territoire, sur le plan du haut débit, sur les énergies renouvelables...

Le président de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes (CRCC) m'a présenté les domaines d'intervention de sa profession au niveau macro et micro économique, et son rôle dans l'accompagnement pour aider les entreprises dans leur structuration et évolution.

Police AllianceUne fin de semaine accès sur la sécurité m'a permis d'échanger avec des membres du syndicat de police Alliance Nationale et la visite des policiers de la PAF au Perthus m'ont éclairé sur le mal être des policiers d'investigation et sur les conditions de travail des policiers sur le terrain. Ces rencontres sont riches d'enseignement et sont primordiales pour confronter la réalité du terrain à l'étude de mesures de simplification et de dématérialisation des procédures. Après l'introduction prochaine dans le droit commun de mesures visant à conforter la sécurité des français, nous nous pencherons, dès 2018, sur une réforme de la procédure pénale.

Par ailleurs, en tant que député de la Nation, la loi m'autorise à visiter les prisons.
Le 7 septembre, je suis allé voir celle de Perpignan. J'y ai vu les conditions de vie, la vétusté, la surpopulation, la dureté, l'âpreté, le mauvais côté de l'homme..
Vu aussi les surveillants pénitentiaires, revendicatifs mais dignes et exemplaires.
Vu encore une direction, consciente des enjeux, proche des réalités.
Vu enfin, dans le quartier des femmes, un bébé de 15 mois dormir dans la même cellule qu'une maman un peu trop voleuse qui a pris du ferme avant d'accoucher. Elle y est jusqu'à ses 18 mois, la loi le permet. A l'insalubrité et la dureté du lieu, nous y ajoutons l'indignité du texte.
Un bébé ne doit, ni être éloigné de sa mère de manière permanente, ni être incarcéré par filiation. Inventons quelque chose !