LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

Le président de la République s’est adressé aux Français, mercredi 31 mars 2021, afin de faire un point sur la situation sanitaire, donner un cap et expliquer la trajectoire des prochains mois.

  1. Depuis le début de la crise, l’exécutif a toujours agi avec pragmatisme et humilité, avec pour principes : la sécurité des Françaisl’équilibre entre les différents rationnels (scientifique, psychologique, social) et la responsabilité de chaque citoyen.
  2. Des mesures proportionnées et territorialisées ont été prises ces dernières semaines pour freiner la circulation du virus, sans enfermer. Néanmoins, les données épidémiologiques semblent aujourd’hui montrer une recrudescence de l’épidémie, notamment en raison de variants plus virulents et plus contagieux faisant peser une lourde pression sur nos services hospitaliers.

Le président de la République a ainsi présenté aux Français les mesures qui s’appliqueront sur l’ensemble du territoire pendant les prochaines semaines afin de continuer, ensemble, à fournir un effort supplémentaire, avec un objectif clair : être efficace sanitairement tout en protégeant nos concitoyens socialement, économiquement et psychologiquement. 

Renforcement de la mobilisation pour augmenter nos capacités en réanimation

  • Face à la hausse du nombre de personnes admises en réanimation, le président de la République a rappelé que l’État serait toujours aux côtés des soignants.
  • Dans les prochains jours, des renforts supplémentaires (services de santé des armées, retraités, étudiants en médecine, volontaires de la réserve sanitaire) seront mobilisés pour venir en aide dans les services et porter la capacité d’accueil à 10 000 lits.

Nous faisons le choix de la confiance. Nous faisons le choix de la responsabilité et de la respiration.

  • Extension des règles en vigueur dans 19 départements à tout le territoire métropolitain.
  • Maintien du couvre-feu à 19h.
  • Systématisation du télétravail.
  • Fermeture des commerces selon la liste déjà définie.
  • Attestation dérogatoire en journée uniquement pour les déplacements au-delà de 10 km. 

L'éducation de nos enfants n’est pas négociable. L’école n’est pas négociable.

Pour freiner le virus tout en préservant l’éducation, l’avenir de nos enfants, le Président de la République a annoncé une adaptation du calendrier scolaire : 

  • Enseignement en distanciel pour les écoles, collèges et lycées la semaine prochaine, sauf pour les enfants des soignants et de quelques autres professions prioritaires qui seront accueillis, de même que les enfants en situation de handicap dans le secteur médico-social.
  • Harmonisation des vacances de printemps pour toute la France, quelle que soit la zone, à compter du 10 avril, pour une durée de 2 semaines.
  • Réouverture graduée selon les niveaux : la rentrée aura lieu pour tous le 26 avril, physiquement pour les maternelles et primaires, à distance pour les collèges et lycées. Ces derniers pourront retrouver physiquement leurs établissements à partir du 3 mai, le cas échéant avec des jauges adaptées.

L’accompagnement économique et social sera au rendez-vous.

  • Droit au chômage partiel pour les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler.
  • Prolongation de tous les dispositifs actuellement en vigueur pour les salariés, les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises. 

Accélérer encore la stratégie vaccinale

Le Président a rappelé l’horizon positif qui est devant nous grâce au vaccin (baisse du taux de contamination de nos aînés et de la mortalité des plus fragiles) et notre détermination à accélérer la campagne vaccinale :

  • Mettre tous les moyens pour vacciner, tous les jours et massivement, en augmentant les capacités des 1700 centres de vaccinations et des 200 000 professionnels de ville (médecins, pharmaciens, infirmiers).
  • Mobiliser tous nos corps de métiers qui pourront vacciner : médecins généralistes, pharmaciens, infirmiers, sapeurs-pompiers, vétérinaires, étudiants en santé.
  • Avancer le calendrier de vaccination autant que possible : dès le 16 avril, ouverture de la vaccination aux plus de 60 ans et, dès le 15 mai, ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans.
  • À partir de mi-juin, ouverture de la vaccination à tous les Français et les Françaises de moins de 50 ans (en population générale donc). « Nous tiendrons l’objectif (…) fixé » : avoir d’ici la fin de l’été, tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent, vaccinés.
  • Une stratégie de vaccination spécifique sera prévue pour toutes les professions les plus exposées, en particulier les enseignants, les forces de l’ordre et plusieurs autres.

Enfin, sur les réouvertures, le Président de la République sera amené à s’exprimer prochainement pour préciser un agenda : 

  • Dès la mi-mai : réouverture avec des règles strictes de certains lieux de culture et ouverture sous conditions des terrasses.
  • Entre la mi-mai et le début de l’été : construction d’un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, le loisir, l’événementiel, les cafés et les restaurants.

Face à l’évolution de la situation sanitaire, le choix du président de la République est donc un choix de cohérence, dans la continuité des décisions qui ont été prises à chaque fois que cela a été nécessaire depuis un an :

  • C’est le choix de protéger la santé de nos concitoyens : renforcer l’appui à nos services de réanimation pour augmenter leurs capacités sans déprogrammer, et rendre la vaccination accessible à nos concitoyens le plus vite possible, en priorisant les plus fragiles face au virus.
  • C’est le choix de l’école : aucun jour d’enseignement ne sera perdu, la continuité pédagogique sera assurée et l’ensemble des élèves et des enseignants seront protégés en limitant les brassages.
  • C’est le choix de la confiance : constance des Français dans le respect des mesures depuis le début de la crise, responsabilité de chacun dans cet effort collectif. « Préférer aux contraintes pour tous, le civisme de chacun. »

(Source : porte-parolat du gouvernement)

11 mars 2021

🔹Situation nationale « tendue et inquiétante »
👉 Niveaux différents selon les régions, avec trois régions particulièrement surveillées : Hauts-de-France, Ile-de-France et PACA.
👉 Pression sanitaire proche de celle constatée avant le pic de la 2e vague en novembre : nette accélération du rythme des admissions depuis la mi-janvier.
👉 Progression du variant britannique : plus de 67% des cas positifs. Un variant plus contagieux et qui provoque davantage de formes graves.

🔹Préoccupation pour l’Ile-de-France
👉 Environ 4.000 patients Covid en réa sur tout le territoire, dont 1.080 en Ile-de-France
👉 En IDF : circulation élevée avec 350 cas / 100.000 hab. en moyenne par semaine et + de 400 dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis (contre 220 au niveau national).
👉 Très forte hausse du nombre d'entrées en réa. À ce rythme, projection supérieure à 1.500 fin mars (seuil critique en IDF).
👉 Déprogrammations importantes (40% demandés par l’ARS IDF) des soins chirurgicaux programmés pour libérer des lits.

🗣 "Nous faisons face à cette situation inquiétante en armant au maximum notre système de soins, en renforçant à haut niveau notre dispositif « Tester-Alerter-Protéger » et en accélérant la vaccination des publics les plus fragiles."

🗣 "Si l’épidémie se poursuit à ce niveau et à ce rythme et si la pression sanitaire devient trop forte, nous prendrons toutes les mesures qui s’imposent pour freiner la circulation du virus et sauver des vies".

🔹Transfert de patients entre régions
👉 En préparation, « des dizaines, voire des centaines » de transferts de patients Covid d'IDF vers d'autres régions.
👉 Ces transferts pourront intervenir dès la fin de cette semaine.

🔹Accélération de la campagne vaccinale
👉 Au total, 4,5M de personnes vaccinées ont reçu au moins une injection, 2,2M les deux doses.
Aujourd'hui, record depuis le lancement de la campagne : 286.000 vaccinés en une seule journée.
👉 Nouvel apport à venir avec le vaccin du laboratoire Johnson & Johnson, le 4e vaccin validé par l’UE.

🔹Vaccin AstraZeneca : pas de suspension à ce stade
Selon l'Agence nationale de sécurité du médicament, "il n’y pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca."

Contexte : la situation épidémique est maîtrisée – pas de flambée pendant les fêtes de fin d’année- mais elle reste fragile en raison d’une circulation toujours active du virus sur l’ensemble du territoire (vigilance sur les deux variants). 

  1. Couvre-feu national à 18h.
  • ➜ Le couvre-feu à 18h est étendu à l’ensemble du territoire national, pour au moins 15 jours, à partir de samedi 16 janvier.
  • ➜ Cette mesure a prouvé son efficacité sanitaire dans les départements de l’Est déjà sous couvre-feu : la hausse des contaminations est 2 à 3 fois plus faible qu’ailleurs.
  1. La vaccination, « priorité des priorités ».
  • ➜ Fin janvier, l’objectif d’1M de personnes vaccinées sera dépassé
  • ➜ À partir du lundi 18 janvier, 6,4 M de personnes auront accès à la vaccination : les 75 ans et plus, 800.000 personnes à haut risque de forme grave sans limite d’âge (souffrant d’insuffisance rénale, transplantés, etc).
  • ➜ Prise de rendez-vous sur le site www.santé.fr, ou au numéro vert national 0800 009 110 (ouvert 7j/7 de 6h à 22h).
  • ➜ Prise de rendez-vous pour les Pyrénées-Orientales le numéro d’appel est : 0809 54 19 19 ou par internet via le site Doctolib
  1. Les établissements scolaires restent ouverts.
  • ➜ Renforcement du protocole sanitaire dans les cantines.
  • ➜ Suspension des activités sportives scolaires et extra-scolaires.
  • ➜ Campagne de tests prévue en janvier : objectif de 300.000 par semaine.
  1. Vers une reprise échelonnée dans les universités.
  • ➜ Travaux dirigés en demi-groupe pour les élèves de 1ère année universitaire à partir de la semaine 25 janvier.
  • ➜ Soutien aux étudiants : 1.600 référents dans les résidences universitaires, 20.000 tuteurs, nombre des psychologues doublé ce trimestre.
  1. Durcissement des conditions d’entrée sur le territoire.
  • ➜ À partir du lundi 18 janvier, contrôle renforcé aux frontières pour les voyageurs en provenance d’un pays hors UE : présentation obligatoire d’un test Covid négatif à leur arrivée en France ; 7 jours d’isolement, avec un test PCR à l’issue de cette période.
  1. Soutien renforcé aux secteurs économique et culturel.
  • ➜ Les dispositifs actuels sont maintenus, voire renforcés selon les situations.

Le Premier ministre, accompagné du ministre de la Santé, a fait un nouveau point d’étape, sur la situation sanitaire du pays. Jean Castex est notamment revenu sur les principes du déploiement de notre stratégie vaccinale. 

La situation sanitaire de notre pays n’est pas revenue à la normale

Grâce aux mesures que nous avons prises fin octobre, nous avons réussi à contenir l’épidémie. Par exemple, le taux de positivité en l’Allemagne est aujourd’hui deux fois supérieur à celui de la France, les conduisant à renforcer les mesures restrictives.

  • Si le virus circule légèrement moins en France que chez la plupart de nos pays voisins, la situation est loin d’être revenue à la normale et le niveau des contaminations dans notre pays reste élevé : 

Nous dépassons aujourd’hui les 15 000 cas quotidiens, soit trois fois plus que l’objectif de 5 000 cas par jour.

Chaque jour nous enregistrons près de 2 500 nouvelles hospitalisations et plus de 200 admissions en réanimation, soit une personne toutes les 7 minutes.

  • La situation est particulièrement fragile dans certains territoires, notamment dans l’Est du pays. C’est pourquoi nous avons pris, la semaine dernière, des mesures spécifiques dans 15 départements.
  • Nous suivons également en continu l’état de la situation et de nos connaissances concernant les deux souches variantes du virus, identifiées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. Ces souches pourraient être beaucoup plus contagieuses. Et si elles ne sont pas répandues très largement à l’heure actuelle dans notre pays, nous devons veiller à ce qu’elles ne puissent pas se propager sur le sol français.

La fragilité de la situation ne nous permet aucun assouplissement

La deuxième vague est toujours là et tant que nous n’aurons pas atteint l’objectif des 5 000 cas par journous ne devons relâcher aucun effort

1- Les secteurs contraints de rester fermés continueront d’être soutenus par l’État

La vaccination, priorité numéro 1 de l’action du Gouvernement

Désormais, nous pouvons compter sur une arme plus puissante encore : le vaccin, qui constitue notre principale source d’espoir pour sortir de la crise.

  • Avec la campagne vaccinale, qui a commencé le 27 décembre dernier nous avons pris un engagement : permettre à tous ceux qui le souhaitent de pouvoir accéder gratuitement au vaccin, dans le respect de garanties strictes en matière de recueil du consentement et de surveillance des éventuels effets indésirables.
  • Pour répondre à cet engagement, la France a précommandé plus de 200 millions de vaccins qui nous seront livrés tout au long de l’année 2021. Les doses étant livrées progressivement, tout le monde ne pourra pas être vacciné tout de suite.
  • Notre objectif est donc clair, et il l’a toujours été : vacciner en priorité et le plus vite possible les 15 millions de personnes âgées ou souffrant de pathologies chroniquesD’ici fin janvier, les doses que nous aurons reçues nous permettront d’être en capacité de vacciner au moins 1 million de personnes.
  • Nous devons aller plus vite, sans modifier notre stratégie, mais en anticipant, en optimisant et en simplifiant sa mise en œuvre et son déploiement. 

C’est pourquoi nous avons décidé d’avancer la phase 2 de notre stratégie vaccinale, qui ne devait démarrer qu’en février, permettant ainsi la vaccination anticipée des professionnels de santé et des aides à domicile de plus de 50 ans depuis lundi, et celle des personnes de plus de 75 ans à partir du 18 janvier

Une stratégie vaccinale déployée avec les collectivités territoriales

  • Le déploiement de notre stratégie vaccinale dans les territoires doit se faire en étroite concertation avec les collectivités territorialesUn dialogue constant a été établi avec les élus locaux
  • Les directeurs généraux des ARS et les préfets de région sont les garants du déploiement de la stratégie vaccinale, de sa transparence et du respect de ses règles éthiques.
  • Les préfets de département, avec l’appui des délégués territoriaux de l’ARS, seront les patrons des opérations logistiques de vaccination et devront à ce titre travailler avec les élus locaux, les maires en particulier.

➡️ De 50k nouveaux cas nous sommes passés à 10k nouveaux cas par jour, la prévalence de l’épidémie est à 107 cas pour 100k habitants (contre 150 en Allemagne, 300 en Suisse)
👉 La situation sanitaire s’est considérablement améliorée depuis les dernières semaines, c’est en France que l’épidémie est la mieux maitrisée par rapport à nos voisins européens.

➡️ Mais nous ne sommes pas sortis de la deuxième vague : la dynamique de l’épidémie a arrêté de baisser depuis une semaine.

C’est pour cette raison que nous adaptons la stratégie de déconfinement :

❌ 15/12 : les ERP (cinémas, musées, théâtres, enceintes sportives, cirques, salles de jeux et casinos), dont nous avions prévus la réouverture, resteront fermés 3 semaines de plus (jusqu’au 4 janvier).
À partir du 7 janvier, nous réexaminerons les possibilités de réouverture

✅ À partir du 15/12 :
👉 nous sortons du confinement
👉 mais nous rétablirons un couvre-feu à partir de 20h jusqu'à 6h du matin
👉 le couvre-feu sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogation limitées.

❌ 31/12 : le couvre-feu sera maintenu pour le réveillon, et les contrôles renforcés

✅ Les déplacements entre régions seront autorisés.

 ➡️ Ralentissement net de la circulation du virus : moyenne de 17 000 cas/jour ; R0,65 (soit le niveau atteint lors du premier confinement). Ce R est le plus bas d’Europe.

👉 Les chiffres sont encourageants mais fragiles : la situation se présente différemment par rapport à mai en raison du climat et de l’approche des vacances.

➡️ Nous ne devons pas baisser la garde, pas de déconfinement mais nouvelle étape de la stratégie progressive :

  • A partir de samedi 28 novembre : allègement du confinement, déplacements contraints, attestations obligatoires
  • 15/12 : couvre feu à 21h sur l’ensemble du territoire, pas d’attestation en journée mais obligatoire en soirée
  • Télétravail reste la règle et doit être le plus massif possible ‼️

Nous devons avancer par étape et donner de la visibilité : ces étapes dépendent de la réduction de l’épidémie.

🔷 Situation sanitaire (Olivier Véran)

➡️ Pic épidémique atteint : depuis plus de 3 semaines le nombre de contaminations est en diminution constante

  • Mortalité supérieure à la première vague : tous les pays ont mis en place des mesures
  • Le pic hospitalier a été franchi la semaine dernière : tous les indicateurs sont en baisse, et la charge hospitalière en réanimation a commencé à se réduire

✅ Les mesures étaient et restent nécessaires : elles étaient efficaces, cohérentes et coordonnées. La deuxième vague n’est pas terminée, il ne faut pas relâcher nos efforts, nous réussirons.

🔷 Protocole sanitaire dans les commerces (Alain Griset)

➡️ Protocole simple, lisible et qui garantit la sécurité sanitaire :

  • Jauge de 8m2 par client
  • Eviter flux trop important : extension des horaires jusqu’à 21h et facilitation des ouvertures le dimanche
  • Les commerces qui rouvrent le 28 novembre bénéficient de l’aide du fonds de solidarité jusqu’à 10 000€ au titre des pertes de novembre

🔷 Jean Castex

➡️ A partir du 28/11 : déplacements autorisés dans la limite de 20 km pour 3h avec une attestation

  • Cette limite ne permet pas pour visite aux amis et famille.
  • Les activités physiques individuelles de plein air sont autorisées

➡️ Au 15 décembre : déplacement libre entre région avec un couvre-feu de 21h à 7h

  • Le couvre-feu sera levé à titre dérogatoire les 24 et 31 décembre

➡️ Crise économique et sociale d’une ampleur inédite : de nombreux dispositifs pour soutenir, parmi les plus complets et performants d’UE.

  • Accentuation et amplification des dispositifs notamment pour les secteurs les plus touchés par la crise.

🔷 Culture (Roselyne Bachelot)

➡️ Réouverture des lieux de culture à partir du 15 décembre : la crise n’est pas terminée donc la réouverture se fera avec précaution élaborées avec les professionnels

🔷 Soutien aux jeunes (Jean Castex & Elisabeth Borne)

➡️ Les jeunes sont premières victimes de la crise avec hausse du risque de précarité

  • création de 20 000 jobs étudiants pour venir en soutien des décrocheurs via le CROUS
  • Aides d’urgence : 45 000 bénéficiaires pour se loger et se nourrir
  • Plan 1jeune, 1 solution : plan massif de soutien à l’insertion des jeunes avec doublement des bénéficiaires de la garantie jeune en 2021 (soit 200 000 bénéficiaires).

Page 1 sur 2