LOGOCOULAN

Sébastien Cazenove

Député des Pyrénées Orientales

Logo LaREM RVB

💉 Vaccins : le Président de la République a annoncé, mardi 16 juin, lors d'une visite du site du laboratoire Sanofi Pasteur à Marcy-l'Étoile (près de Lyon), un mécanisme de relocalisation de certaines productions de santé.

« Cette crise nous a montré que nous devons continuer à produire dans notre pays et sur notre continent (…), que nous devons retrouver une vision stratégique de la chaîne de valeur et être sur les combats d’aujourd’hui et de demain » Emmanuel Macron

🔹Le Président de la République a annoncé la mise en place de mesures pour relocaliser certaines productions dans le secteur sanitaire et du médicament, notamment du paracétamol.

➡️ Un mécanisme de planification de la production française dans le domaine de la santé sera finalisé cet été.

➡️ Une enveloppe publique de 200 millions d'euros sera consacrée au financement des infrastructures de production sur notre territoire.

🔹Le groupe pharmaceutique français Sanofi va investir 610 millions d’euros dans la recherche et la production de vaccins en France.

➡️ Sanofi va consacrer près d'un demi-milliard d'euros dans une nouvelle usine de production de vaccins à Neuville-sur-Saône, en région lyonnaise.

➡️ Le groupe investira également 120 millions d'euros pour créer un nouveau centre de R&D sur le site Sanofi Pasteur à Marcy-l'Étoile.

Pour rappel, le secteur compte 3.000 entreprises, 450.000 emplois directs et indirects, 90 milliards de chiffre d’affaires, dont 40% à l’export.

« La France est un grand pays de vaccins (…) et une grande nation industrielle dans le domaine médical » Emmanuel Macron

PDFDepuis le début de l’épidémie de covid-19, l’État a organisé la distribution de masques aux professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux, avec pour objectif prioritaire leur protection et la préservation de notre capacité sanitaire.

En phase de sortie de confinement, les distributions se poursuivent, avec pour objectif prioritaire la limitation au maximum de la diffusion du virus et l’accompagnement de la reprise d’activité. Dans ce cadre, la stratégie de répartition des masques sanitaires par l’État a vocation à évoluer.

Retrouvez dans le document joint le détatil des dotations cibles par professions.

La mobilisation et l’engagement des professionnels hospitaliers ont permis à notre système de santé de prendre en charge un afflux majeur de patients COVID+, notamment en réanimation. Afin de reconnaître pleinement cette mobilisation, une prime exceptionnelle sera attribuée aux professionnels hospitaliers dès le mois de mai, selon les modalités suivantes :

  • Tous les agents travaillant à l’hôpital dans la trentaine de départements les plus touchés par l’épidémie recevront une prime de 1500€, versée quel que soit le statut ou le métier considéré. Internes, agents de service, infirmiers, médecins : tous ont formé un collectif dont l’effort doit être reconnu et valorisé.
  • Dans les autres départements, les agents ayant travaillé dans les services COVID+ des 108 hôpitaux de référence percevront également la prime de 1500€. Les agents des autres services percevront une prime de 500€.

😷 MASQUES ET MATERIELS

- Les taxis ambulanciers et véhicules sanitaires légers (VSL) ont-ils droit à des masques ?

➡️ Les entreprises de transport sanitaire (ambulances et VSL) font bien partie des bénéficiaires des livraisons issues du stock de masques national pour leur permettre d’assurer les transports prioritaires.

- Quelles sont les actions menées pour approvisionner les soignants en surblouses ?

➡️ Toutes les filières d’approvisionnement, et en particulier le tissu industriel national sont bien mobilisées.

✅ 400 000 sur-blouses ont été livrées à l’ensemble des établissements de santé ces dernière semaines. Et de nouvelles commandes ont été passées.

✅ La filière textile française se mobilise par ailleurs pour développer la production d’un modèle de surblouse lavable, à l’appel de la direction générale des entreprises (DGE) sous l’égide d’Agnès Pannier-Runacher.

- Les masques "alternatifs" destinés aux non-soignants sont-ils réquisitionnés pour certaines catégories de la population ?

➡️ Il n'y a pas de réquisition sur ces masques, mais ils sont créés pour un usage professionnel non sanitaire.

Deux nouvelles catégories de masques alternatifs ont été créées au terme d’une démarche conduite par l’ANSM, et reprise pour les environnements de travail par l’ANSES pour :
- Les professionnels en contact avec le public
- Les professionnels ayant des contacts occasionnels avec d'autres personnes

✅ La filière textile habillement a permis la production de près de 4 millions de masques textiles filtrants à usage professionnels. Cette production devrait monter rapidement en cadence pour atteindre 6,6 millions d’unités dès cette semaine.

⚠️ Ces masques ne remplacent en aucun cas les gestes barrière. Ils peuvent être utilisés en complément de ces gestes et sont qualifiés pour des environnements de travail

- Existe-t-il une plateforme officielle pour les approvisionnements en matériel (masques pour soignants et non soignants, gel, surblouse etc) ?

✅ Pour les commandes supérieures à 5 000 pièces, une plateforme www.stopcovid19.fr exclusivement destinée aux professionnels, permet à des fabricants et distributeurs de produits et de matériels de protection, ainsi qu’à leurs prestataires de services et sous-traitants, de commercialiser leur offre auprès des professionnels de santé (hôpitaux, cliniques, centres de soins, pharmacies, etc.), des maisons de retraites ou EHPAD, et de toutes les en­treprises ayant besoin de protéger leur personnel dans la lutte contre le Covid-19.

☎️ TELECONSULTATION

PDFAdrien Taquet, secrétaire d'État auprès du ministre des solidarités et de la santé, annonce des mesures pour adapter l’accompagnement des mères par les sages-femmes à la période actuelle et se félicite des recommandations permettant la présence du père aux côtés de la mère lors de l’accouchement.

Facebook

➡️ Mobiliser fortement l’ensemble des établissements de santé publics et privés pour augmenter les capacités en lits de lits réanimation.

Au total, nous sommes passés de 5 000 lits à 8 000 lits de réanimation en quelques jours.

Notre stratégie consiste à transférer les patients des zones les plus touchées vers les zones avec des capacités disponibles.

✅ Sur les traitements et essais en cours

Progression de la recherche : stratégies thérapeutiques expérimentales, molécules testées nombreuses (antiviraux) et l’hydroxychloroquine (à ne pas utiliser en l’absence de recommandations).

🗣 « De nombreuses pistes de traitement sont actuellement encouragées et on attend prochainement des données solides permettant de démontrer, ou non, l’efficacité et l’innocuité de ces traitements ».

Stratégie en matière de traitement : adapter rapidement nos décisions en fonction de l’évolution des connaissances et des recommandations internationales pour mieux protéger les Français.

✅ Des sites internet ont vu le jour, évalués par les services d’information du ministère.

L'Institut Pasteur et l'AP-HP ont élaboré un algorithme à retrouver sur le site : maladiecoronavirus.fr

✅ Dans un but de santé publique, il faut poursuivre la vaccination obligatoire des nourrissons pour éviter une morbidité bien plus sévère.

✅ Mobilisation du Gouvernement pour assurer les droits sexuels et reproductifs des femmes, en particulier pour l’accès à la pilule contraceptive et à l’IVG.

✅ Déploiement d’un dispositif national grand public de soutien psychologique. Le numéro vert : 0800 130 000.

📝🦠 Le Gouvernement supprime le délai de carence applicable aux arrêts maladie pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire dans l'ensemble des régimes.

La loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19, promulguée le 23 mars 2020, prévoit la suppression du délai de carence pour tous les arrêts de travail liés à une maladie dans l’ensemble des régimes (régime général, régime agricole et régimes spéciaux dont fonction publique) pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire.

Les personnes malades percevront donc, de manière exceptionnelle, une indemnité journalière ou le maintien de leur traitement dès le 1er jour de leur arrêt de travail. C’est une situation dérogatoire par rapport à la situation habituelle, qui prévoit un délai de carence de trois jours pour les indemnités journalières et un délai d’un jour pour le maintien du traitement dans la fonction publique.

Désormais, tous les arrêts de travail, qu’ils soient liés au Covid-19 ou non, sont indemnisés dès le 1er jour d’arrêt, que cela soit pour les personnes atteintes d’une pathologie, les personnes vulnérables qui présentent un risque accru de développer une forme grave d’infection au Covid-19 ou encore les parents contraints de garder leurs enfants du fait de la fermeture de leur établissement scolaire ou de leur crèche. L’ensemble de ces mesures visent à protéger les personnes concernées tout en leur assurant un revenu de remplacement pendant cette période exceptionnelle.

📝👨🏼‍🔬 Financement en urgence de 11 projets de recherche appliquée

Face à l'épidémie de COVID-19, l’urgence sanitaire impose la mise en œuvre rapide de projets de recherche permettant de mieux diagnostiquer et traiter cette nouvelle pathologie. Ainsi, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis en place une procédure accélérée d'évaluation de projets de recherche. Un jury comprenant des représentants du comité scientifique du consortium REACTing1 a examiné en urgence 27 projets liés au COVID-19. 11 projets ont été identifiés par le jury comme prioritaires à mettre en œuvre dès maintenant.

Ces projets couvrent une grande partie du continuum de la recherche en santé, du diagnostic au traitement en passant par l'impact psychologique de l'épidémie et concernent tant les patients que les soignants.

Pour en savoir plus...